Découvrir Traditions

Les traditions de Noël en Provence commencent le 4 décembre, lors de la Sainte Barbe et s'achèvent le 2 février à la Chandeleur.

La veillée de Noël, le gros souper et les 13 desserts

A la suite du cacho-fio vient le gros souper qui est servi avant de se rendre à la messe de minuit. blanches où seront disposés trois chandeliers blancs et trois soucoupes germées de la Sainte Barbe, symboles de la Trinité et de l'Espérance. 
Le menu est composé de sept plats maigres en souvenir des sept douleurs de la Vierge Marie. Ils sont généralement accommodés de légumes et d'autres denrées que l'on possédait chez soi. Cependant ils doivent être impérativement accompagnés de légumes traditionnels de Provence, tels que les cardes, céleris et autres accompagnés par une anchoïade.

Les 13 desserts

Au nombre de 13 comme les convives de la Cène (le Christ et ses 12 apôtres), ils sont servis après la Messe de minuit. 
- les 4 mendiants: figues sèches (franciscains), amandes (Carmélites), raisins secs (dominicains), noix (Augustins). 
- les dattes: symbôle du Christ venu d'Orient 
- les nougats: blanc et noir, blanc pour la pureté et le bien, noir évoque l'impur et le mal. 
- la fougasse à l'huile d'olive ou pompe à huile 
- la pâte de coing ou fruits confits 
- les oreillettes 
- les fruits frais: oranges, mandarines, poires raisins et melons d'hiver conservés.

La messe de minuit et les pastorales

La messe de minuit célèbre la naissance de l'Enfant Jésus. Une veillée de chants provençaux agrémente l'office religieux ainsi que la cérémonie du Pastrage où un agneau nouveau né est apporté en offrande porté par un berger ou placé dans une charrette dorée. 
La pastorale est une représentation théâtrale de la scène de la Nativité qui évoque la procession des pastres (bergers) vers l'étable où était l'Enfant Jésus. Ces pastorales sont chantées et parlées en langue provençale par des personnages en habits provençaux. Elles sont jouées durant les fêtes de Noël.

Le blé de Sainte Barbe

Cette tradition veut que l'on fasse germer des graines de blé ou des lentilles dans trois soucoupes différentes, recouvertes de coton humide. Si après quelque temps les tiges poussent droites et sont vertes cela signifie que l'année sera prospère. Ces plantations prendront ensuite place dans la crèche familiale.

Le cacho-fio

Cette cérémonie se déroule la veille de Noël juste avant le gros souper. Lors de celle-ci le plus jeune et le plus âgé de la famille choisissent une bûche d'un arbre fruitier et ils font ensuite trois fois le tour de la table. Le « papé » dépose la bûche dans l'âtre et puis la bénit avec du vin chaud en prononçant ces paroles en provençal :

" Cacho-fio " (Bûche de Noël)
Bouto-fio (Donne nous le feu)
Alègre, alègre (Réjouissons nous)
Dièu nous alègre (Dieu nous donne la joie)
Calèndo vèn, tout bèn vèn (Noël vient, tout vient bien)
Dièu nous fague la gràci de veire l'an que vèn (Dieu nous fasse la grâce de voir l'an qui vient)
E se noun sian pas mai, que noun fuguen pas mens » (Et si nous ne sommes pas plus Que nous ne soyons pas moins »)

L'épiphanie

L'Epiphanie symbolise l'arrivée des rois mages, Melchior, Gaspard et Balthazar, à l'étable où est né l'Enfant Jésus. Ils suivirent l'étoile du Berger qui les guida jusqu'à Bethléem, en Galilée. Ils s'agenouillèrent devant Jésus et lui offrirent leurs présents.
De nos jours on célèbre l'arrivée des rois mages par le gâteau des rois. En Provence, il s'agit d'une brioche parsemée de fruits confits et de sucre. On dispose à l'intérieur du gâteau une fève et un santon. La personne qui trouve la fève devient le roi et celle qui obtient le santon est alors son sujet.

La chandeleur

Les traditions de Noël en Provence prennent fin avec la Chandeleur, c'est à ce moment là que les crèches sont retirées des maisons.
La Chandeleur célèbre la purification de la Vierge et la présentation de Jésus au temple. En Provence, la tradition veut que l'on aille faire bénir une chandelle et l'on doit rentrer dans nos maisons sans que celle-ci ne s'éteigne, sinon c'est un signe de mauvais présage. Ensuite, c'est le moment des crêpes ; lors de la réalisation de la première crêpe, on tient dans l'une de ses mains une pièce et dans l'autre on fait sauter la crêpe.
On place alors la pièce à l'intérieur de la crêpe que l'on enroule et garde jusqu'à l'an prochain. La crêpe de l'année passée est jetée et la pièce donnée à un pauvre.